VIe DIMANCHE DE PÂQUES / ANNÉE A

Lecture 1 : Actes 8,5-8.14-17 Pierre et Jean imposent les mains aux Samaritains, qui reçoivent l’Esprit Saint. A chaque imposition des mains, nous recevons la lumière de Dieu en nos vies.
Lecture 2 : 1 Pierre 3,15-18 Nous qui sommes disciples du Christ, nous devons, avec douceur et respect, « rendre raison de l’espérance qui est en nous », en comptant sur l’aide de l’Esprit Saint que Dieu nous envoie.
Évangile : 14,15-21 Le Christ promet à ses disciples, nous promet de prier pour nous le Père. Celui-ci nous donnera l’Esprit qui continuera en nous l’œuvre de son Fils de nous faire connaître Dieu. Cet Esprit nous assistera dans notre témoignage.

Frères et sœurs, nous sommes à deux semaines de la Pentecôte. Et déjà, les textes liturgiques de ce sixième dimanche de Pâques orientent en quelque sorte notre esprit vers cette fête de la commémoration de l’évènement fondateur de l’Église. Ils nous parlent de la troisième personne de la Sainte Trinité : l’Esprit Saint, amour donné du Père et du Fils, amour sans cesse échangé entre eux.

Luc, dans la première lecture, nous montre l’audace de l’assurance que donnent la croix et la résurrection du Christ, quand Philippe, malgré les persécutions, prêche en Samarie, avant d’y être rejoint par certains des Apôtres, par qui les Samaritains convertis et baptisés reçoivent l’Esprit Saint. En nous émerveillant devant les hauts faits de Dieu, en l’occurrence devant cette Pentecôte des Samaritains, il nous faut le redécouvrir comme notre Père à tous, miséricordieux envers tous, même ceux qui sont méprisés des hommes ; nous sommes invités à nous sentir appelés, comme Philippe, « envoyés pour accomplir des gestes qui guérissent, qui libèrent, qui relèvent et redonnent vie et espérance ». C’est de cette manière que nous rendrons compte de l’espérance qui nous habite – suivant l’exhortation de saint Pierre apôtre dans la deuxième lecture –, en imitant la douceur et la fidélité du Christ. Ainsi que saint Paul l’enseigne à son fils spirituel Timothée et à nous, « Si nous supportons l’épreuve, avec lui nous régnerons. Si nous le rejetons, lui aussi nous rejettera » (2 Tm 2,12).  

Dans l’Évangile, Jean montre que Jésus ne se voile pas la face : celui-ci sait très bien que la mission des disciples n’est pas facile. Pour affronter les difficultés qui les attendent, les Apôtres auront besoin de la Puissance du Saint-Esprit. C’est pourquoi le Seigneur leur donne cette recommandation : « Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements. Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous : l’Esprit de vérité » (Jn 14,15-17a). Quel testament d’amour pour tous les êtres chers ! Par ce testament, Jésus prépare ses Apôtres à continuer son œuvre sur terre sans sa présence physique. En tant que Défenseur, l’Esprit Saint continuera l’œuvre du Christ dans sa fonction de consolateur, défenseur, révélateur au cours de sa vie terrestre ; et comme Esprit de vérité, Il éclairera les disciples et les soutiendra, toujours dans la continuité avec la mission de Jésus qui s’est révélé comme Vérité (cf. Jn 14,6).

Frères et sœurs, les disciples concernés par la promesse du Christ de recevoir un autre Défenseur, c’est nous aujourd’hui. Malheureusement, il arrive des fois que nos multiples problèmes nous fassent oublier que Jésus nous a promis que l’Esprit Saint sera pour toujours avec nous. Je vous propose, pour finir, cette belle exhortation d’un homme de foi : « Face aux turbulences de la vie, notre foi est mise à rude épreuve par le doute ou le découragement. Cependant, savons-nous qu’au fond de nous-mêmes se cache une force inestimable, souvent dormante mais toujours prête à se réveiller ? Encore faut-il la découvrir… Par moment le courant spirituel semble interrompu, mais l’Esprit-Saint est toujours là, dans notre for intérieur, prêt à nous guider […]. Mettons-nous sans tarder en contact avec lui ! Sa Puissance cassera le cercle néfaste qui nous enferme. Sa Paix désamorcera bien des situations difficiles. Contre vent et marée, puisons notre force en Dieu pour remonter la pente. Laissons l’Esprit-Saint agir en nous. Son œuvre est comparable à la sève qui monte sereinement mais tout en puissance dans l’arbre. Dans notre être intime ! Et quelquefois, la vieille écorce craquera sous la poussée de la Vie qui fait du neuf. Le Saint-Esprit changera le cours de notre existence ». 
Père Basile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *