12 mai : Message du Père Jean-Hugues

Chers paroissiens,

Cette semaine nous voici entrés dans le début du commencement de la première phase des prolégomènes du déconfinement. Si des portes s’entrouvrent il nous faut cependant rester encore très vigilants pour éviter la propagation du virus et la contamination de nouvelles personnes et ne sortir qu’avec prudence et selon les nécessités. C’est pourquoi tout ne peut pas se faire, la circulation et les réunions sont encore encadrées.
Les supermarchés, les commerces et autres temples de la consommations pourront recevoir du public qui se croisera dans les allées, il n’en n’est pas de même pour nos églises, qui sont bien entendu pour les autorités des lieux à haut risque ! « La prière se fait dans son rapport entre celui que l’on célèbre et soi-même, et n’a pas forcément besoin de lieux de rassemblements où l’on ferait courir un risque à l’ensemble de la communauté religieuse, » nous dit le ministre de l’intérieur ministre des cultes, Christophe Castaner.
Il est donc toujours interdit de se rassembler et célébrer dans les églises hormis pour les funérailles dans la limite de 20 personnes maximum.
Ceci doit durer jusqu’au 3 juin où nous entrerons dans une deuxième phase du déconfinement, s’il n’y a pas de retour en arrière d’ici là et avec peut-être l’espoir de pouvoir célébrer la Pentecôte le 31 mai dans nos églises avec une assemblée plus nombreuse. ( récompense pour bon comportement ? )
D’ici là, les déplacements n’étant plus encadrés et à justifier, les rassemblements dans des lieux privés sont autorisés à concurrence de 10 personnes maximum. Dans ce contexte notre évêque, Mgr de Kerimel invite les prêtres à sortir et aller à la rencontre des gens, dans la limite des rassemblements autorisés en respectant les recommandations sanitaires, il invite également à visiter les personnes âgées ou malades.
« L’eucharistie pourrait être célébrée si l’espace et les circonstances s’y prêtent, pour des petits groupes de dix personnes en tout (prêtre compris), à condition que la dimension ecclésiale soit bien respectée. / On pourra célébrer la messe dans des oratoires privés mais pas dans les églises, puisqu’il y a interdiction officielle de célébrer le culte public. »,
dit notre évêque.
Concrètement sur nos deux paroisses pendant le mois de mai :
il y aura 4 pôles de messes dominicales, avec 9 personnes et le célébrant, dans des salles paroissiales adaptées, à savoir la maison paroissiale d’Anjou, la salle des Cités à Roussillon, la maison paroissiale du Péage, la cure des Roches de Condrieu.
Dans chaque lieu une messe à 9h00 et une messe à 10h30 les dimanches 17 et 24 mai ainsi que pour l’Ascension le jeudi 21 mai.
Il y aura également des messes en semaine dans les même conditions, le mardi à 9h00 à la salle attenante de l’église de St Clair, le mercredi à 9h00 à la maison paroissiale d’Anjou
et à 18h00 à la cure des Roches, le jeudi à 9h00 à la maison paroissiale du Péage, le vendredi à 9h00 à la salle des Cités à Roussillon.
Pour venir il est indispensable de s’inscrire en appelant à l’avance les responsables des lieux, selon les modalités envoyées par mail et mises sur le site des paroisses.
Pour que le plus grand nombre puisse participer à la messe soit en semaine soit le dimanche, il est demandé à chaque personne de ne s’inscrire pour l’instant qu’une seule fois dans cette période.
Voilà comment aborder ce temps en Église et dans la foi au Christ ressuscité.
Soyons unis dans la prière, la confiance et l’espérance.

Père Jean-Hugues Malraison


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *