compte rendu partage biblique 8 février 2018

compte rendu partage biblique 8 février 2018

Toujours dans le cadre de notre réflexion autour de la notion d’Église nous nous penchons sur la lettre aux Galates au chapitre 2 des versets 11 à 21

Après nous être réjouies de la bonne fréquentation et de la qualité des différentes messes de Noël auxquelles chacune a pu assister, nous lisons le passage concerné. Il est difficile. Au terme de notre temps d’étude voici quelques réflexions  qui ont émergées de notre groupe :
La phrase de Paul « je vis dans la foi au Fils de Dieu qui m’a aimé et s’est livré pour moi » est relevée comme essentielle. Bien que plutôt « carré » Paul sait se montrer accueillant aux païens. Sans lui ces derniers seraient -ils devenus chrétiens ? Le serions nous nous mêmes ?
Paul irrite parfois mais il faut  reconnaître que  son courage et son audace  amènent  à s’interroger :
Avons nous l’audace de notre propre foi ?
L’opposition nette que fait Paul entre la loi et la foi semble claire mais ce qui est plus difficile c’est de s’en expliquer au dehors. En matière d’explications le retrait est plus facile.
De nos jours la transmission de la foi emprunte des chemins nouveaux : rassemblements de jeunes, réseaux sociaux, mais elle est toujours bien vivante.
Il nous appartient de nous ouvrir à d’autres types de pratiques plus « laïques » à travers lesquelles il est possible de sentir passer « quelque chose de Noël ». Chercher Dieu, s’appliquer à lire les grâces du ciel dans  la vie ordinaire et si on le peut en parler semble aussi une piste. Il y a sans doute plusieurs manières de « faire église » à explorer, sans toutefois  oublier que foi et amour sont indissociables et que le Christ est la tête de l’église. C’est  en restant tourné vers Lui que nous serons bien « Son » église.
À ces réflexions issues de notre séance qu’il me soit permis de rajouter ceci :
D’après saint Paul on reste tourné du côté de Jésus lorsqu’on se situe dans la foi en l’amour du Christ pour nous. Mais nous devons rester vigilants quant à notre orientation profonde. Pour St Paul la loi est liée au péché car elle institue un régime de peur : elle nous fait vivre dans la crainte de mal faire. La foi au contraire nous entraîne dans l’ élan d’amour des enfants de Dieu qui passent du « scrupulisme » à la confiance qu’ils sont pardonnés. Pour autant cela ne signifie pas que l’on fasse n’importe quoi mais si l’on agit de bon cœur et « de bonne foi » cela suffit.
Qu’en pensez vous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *