HOMÉLIE du 22 Novembre 2020

HOMÉLIE du 22 Novembre 2020

                Le Christ Roi de l’univers année A
Ez. 34 ,  1 Co 15, Mat 25, 31.46

La fête du  Christ Roi a été instaurée en 1925 par le Pape PieXI pour contrecarrer le laïcisme ambiant qui avait conduit au début du XIX ème siècle à la suppression des états pontificaux. (Congrès de Vienne) L’Église a  créé cette fête pour annoncer  un Christ roi d’une société humaine égale en droits sociaux, en justice, et combattre les totalitarismes  en Europe,  qui allaient conduire aux agissements que l’on sait : la guerre, la Shoah

Fêter le Christ Roi de l’Univers est à la foi un pléonasme et une incongruité.
Un pléonasme, parce que dans la tradition juive : « Le Christ est celui qui a reçu l’onction de Dieu, et il est  le chef du peuple »  donc le roi ou encore le Berger.
Une incongruité, parce qu’il n’est pas imaginable qu’on puisse réduire Dieu à nos contingences humaines, fussent-elles de le mettre à la première place. Dieu est le Tout –Autre, l’indéfinissable. Une incongruité  de vouloir donner au fils de Dieu  une autorité temporelle,  alors que toute sa vie humaine a été marquée par son humilité et son service des plus pauvres.
Il est né dans une étable,  il a travaillé de ses mains, vécu  avec les pauvres, prêché l’amour  de ses ennemis, le pardon, le partage, et il est mort sur une croix comme un brigand.
Bien entendu la liturgie s’appuie sur l’ Évangile et sur lui seul  pour célébrer cette fête. Et si le titre de roi est donné au Christ Jésus c’est plus par analogie avec le berger qui donne  sa vie pour ses brebis,  que pour marquer une domination. « Lui qui était de condition divine, s’est fait le serviteur de tous »( Ph 2) La liturgie de cette année A  nous offre le chapitre 25 de l’Évangile de Matthieu  qu’on appelle aussi du Jugement dernier. Matthieu nous parle d’un roi qui, comme le berger sépare  les brebis des chèvres le soir venu au retour des troupeaux.
Mais il n’y a pas d’ambigüité.  Dès le début du chapitre nous sommes fixés : « Quand le fils de l’homme viendra dans sa gloire,  Il siègera sur son trône de gloire, toutes les nations seront réunies ; il séparera les hommes les uns des autres  comme le berger sépare les brebis des boucs. »     
Le roi de la parabole est donc Dieu, le juge universel qui interviendra à la fin des temps . Car il y aura bien un jugement. Mais y aura-t-il une condamnation ? Notre  foi en la miséricorde divine nous fait espérer que non. Car personne n’est tout bon ni tout mauvais et le feu éternel ne peut pas détruire  ce qui constitue la partie vertueuse d’une créature du Père.
  A la requête d’Abraham pour sauver Sodome, « Le seigneur dit : Si je trouve dix justes dans la ville de Sodome, je ne la détruirai pas à cause de ces dix » (genèse 18-32)
Ainsi, ce roi (Dieu) sépare les hommes les uns des autres, et place à sa droite les élus: « Venez les bénis de mon Père… »
« Car vous m’avez donné à manger, donné à boire, vous m’avez accueilli, vous m’avez habillé, vous m’avez visité….etc »
Rien d’extraordinaire, rien qui  soit hors de notre portée, rien que nous n’accomplissions déjà, à notre insu même. !
A tel point, que comme les justes, étonnés de la réponse de Jésus  nous pouvons  lui poser la  question : « Quand est ce que nous t’avons vu ?. Quand sommes nous venus jusqu’à toi ? »
La réponse surprend : «  Chaque fois que vous l’avez fait à un de ces petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait 
Elle nous étonne aussi,  et elle nous chagrine. Comment se fait il que nous n’ayons  jamais vu le Christ dans le visage d’un frère ?… Notre égocentrisme sans doute ? Mais nous pouvons nous consoler,  parce que l’essentiel a été fait. Au nom de notre humanisme, certes,  mais n’est-ce-pas aussi l’humanité du Christ ?
Car ceux qui, sciemment, ne l’ont pas fait, seront jugés sévèrement, maudits et jetés dan le feu éternel. Certes, le trait est forcé, car nous ne pouvons pas imaginer que Dieu puisse condamner,  sans rémission, ses propres enfants .
Dans son livre « La peste » Camus fait dire par le docteur Rieux au Père Paneloux : « Je me fais une autre idée de l’amour d’un Dieu créateur d’un monde où meurent des enfants»
Eh bien moi, je me fais une autre idée  du Dieu dont la miséricorde  dépasse toutes nos défaillances  !  « Là où le péché abonde, la grâce surabonde. » (Romains 5,20)
Dimanche prochain, nous  entrons dans le temps de l’Avent, la préparation à la naissance de Dieu chez les Hommes, et aussi, le temps  où le Christ reviendra dans sa gloire. Le temps  du Jugement dernier ou Dieu(Roi) fera toute chose nouvelle.
 « Venez les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé  pour vous depuis le commencement du monde. »

Amen

Bernard Buisson, Diacre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *