Dimanche 21 juin 2020 ; 12e en Dimanche du temps ordinaire

Mt 10, 26-33 «  Ne craignez pas ceux qui tuent le corps sans pouvoir tuer l’âme…)
Dans ce passage de l’Évangile, il s’agit du discours d’envoi en mission des 12 apôtres. Comme nous le savons, Jésus a choisi les douze, puis il les a envoyés pour annoncer la bonne nouvelle à toutes les nations.  Il leur a donné beaucoup d’instructions, pour l’accomplissement de leur mission. Il ne manque pas aussi de les prévenir  d’éventuels dangers : rejets, voire même persécution,  qu’ils   vont rencontrer dans leur ministère. Ils seront dénoncés, diffamés et même tués par les hommes. Devant tout cela, Jésus les invite à la confiance, et à ne pas avoir peur. Trois fois de suite, Jésus leur dit «  ne craignez pas …»
 Jésus donne trois raisons de ne pas  avoir peur en mission. D’abord, leur mission consiste à  révéler en pleine lumière, en plein jour la Parole de Dieu ; ils seront témoins de la vérité. Ensuite, les apôtres doivent s’assurer de la sollicitude bienveillante de Dieu qui voit jusqu’au plus petit détail. Rien n’échappe à son regard bienveillant : « Même les cheveux de votre tête sont tous comptés ».
Et, la troisième raison de n’avoir  peur ni des hommes, ni de ceux qui tuent l’âme, c’est la récompense d’être reconnu par Jésus devant son Père qui est aux cieux.  « Quiconque se déclarera pour moi devant les hommes, moi aussi, je me déclarerai pour lui devant mon Père qui est aux cieux ». Le témoignage de vie, de foi et tous les efforts que nous menons pour vivre notre foi, pour vivre en enfants de lumière, ne restera pas sans récompense. Nous aurons en héritage la vie en Dieu par laquelle notre âme vivra éternellement
« Ne craignez pas ceux qui tuent le corps, mais ne peuvent pas tuer l’âme ».  Cette parole de Jésus qui cherche à fortifier ses disciples,  est aussi un grand réconfort pour nous, lorsque la souffrance, le doute ou le désespoir touchent notre âme. Notre âme n’est pas sujette à la mort. C’est la raison pour laquelle Jésus parle de la vie éternelle. Elle vaut plus que celle d’ici-bas.  
Cet appel de Jésus de ne pas avoir peur est une bouffée d’oxygène pour nous, disciples de Jésus d’aujourd’hui, en pleine tempête de crise sanitaire. Ne craignez  pas, mais faites attention quand même : être vigilant pour ne pas  rejeter sur Dieu toutes les responsabilités. En ce temps de pandémie, nous sommes invités à nous protéger autant que possible de ce virus qui tue tant du monde.  Et en même temps, nous sommes appelés à nous installer dans la confiance où  le Seigneur nous invite aujourd’hui. Nous n’avons rien à craindre, Dieu est  à nos côtés, il s’occupe de nous. Si Dieu se préoccupe des petits moineaux ; s’il est capable de s’intéresser au nombre de cheveux que nous avons sur la tête ; combien plus, est-il capable d’être à côté de nous à chaque seconde de notre vie.
Dans la vie de tous les jours, beaucoup des choses peuvent nous faire peur : telles la guerre,  la violence, la maladie, la peur de l’avenir et notamment la mort physique. Face à tout cela, nous pouvons compter sur le Seigneur,  surtout sur sa grâce en abondance qu’il nous donne par Jésus qui nous sauve de la mort éternelle, c’est-à-dire la mort de l’âme.
Frères et sœurs, accueillons avec foi cette confiance, cette assurance que le Seigneur nous donne aujourd’hui. « Soyez donc sans crainte : vous valez bien plus qu’une multitude de moineaux ». N’ayons pas peur de témoigner notre foi ; n’ayons pas peur d’être témoins du Christ. «  Celui qui me reniera devant les hommes, moi aussi je le renierai devant mon Père qui est aux cieux ». Le Christ est-il capable de nous renier ? Non, il est capable de dire la vérité. En fait, il ne nous abandonne pas, peut-être, c’est nous qui l’abandonnons, « Si nous manquons de foi, lui reste fidèle à sa parole, car il ne peut se rejeter lui-même » (2 Timothée 2,13).  Aide-nous Seigneur à rester ferme dans notre foi en Toi. Amen.

Joachin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *